Murdered : Soul Suspect

Murdered_Soul_Suspect_Artwork_Logo

Murdered : Soul Suspect est un jeu de Square Enix et sorti en Juin 2014.

Le meurtre le plus difficile à résoudre, c’est le sien…
Vous incarnez dans ce jeu le policier Ronan O’Connor, qui travaille au commissariat de Salem. Il est à la poursuite d’un tueur en série qui marque toutes ses victimes d’un symbole en forme de cloche, et qui a donc été baptisé « Le Crieur des morts »
suite à un appel anonyme, Ronan se rend dans un appartement où aurait été aperçu le Crieur. L’information était bonne puisque le Crieur est effectivement sur place. Suite à un combat expéditif, le Crieur défenestre Ronan, et l’achève de 7 balles dans la poitrine.
Voilà, vous êtes mort.
Seulement, votre âme n’est pas en mesure de suivre la lumière. Votre femme Julia, « de l’autre côté du mur » vous informe que vous n’êtes pas en paix. Vous devez terminer ce que vous deviez accomplir. Pour Ronan, c’est clair. Il faut arrêter le Crieur des morts pour l’empêcher de nuire. Seulement, que peux une âme sans emprise sur le monde physique ?
Vous serez aidée par une fantôme enfantine qui vous guidera pour découvrir vos pouvoirs fantomatiques, tels que la possession, la suggestion ou l’influence de certains appareils électriques.

C’est un concept très intéressant. Vous commencez à jouer, vous êtes mort. Les créateurs ont même poussé le vice jusqu’à ajouter une petite séquence où Ronan tente de regagner son corps, avant d’être achevé par son propre pistolet. Inefficace dans les faits, mais efficace sur le ressenti du joueur. On le sait que ca ne va pas marcher, mais on l’espère quand même.
L’histoire est accrocheuse, et on se pose les mêmes questions que Ronan, voire plus. Qui est le Crieur, comment choisit il ses victimes, pourquoi nous avoir tué de cette façon alors qu’il ne s’est jamais servi d’une arme jusqu’à présent ?
Les rebondissements sont nombreux et bien pensés.
On peut noter la présence de quelques âmes en peine, que Ronan pourra libérer en enquêtant sur le contexte de leur mort. Ces histoires parallèles sont anecdotiques mais pas dénuées de tout intérêt.
Les graphismes sont moyens, mais l’ambiance est plutôt bien rendue.
Enfin, on arrive au cœur du souci. Les créateurs du jeu ont réussi à prendre un jeu avec un fantôme qui peut potentiellement traverser toute la matière, et à en faire un jeu linéaire et limité.
En effet, vous êtes à Salem, et tous les bâtiments anciens (oui, même l’auberge où vous vous battiez avant de passer de vie à trépas) ont été consacrés, et vous ne pourrez passer à travers leurs murs. Ajoutez à ça des réminiscences d’objets de l’époque de Salem qui encombrent les rues, et vous vous retrouvez à aller uniquement où le jeu veut que vous alliez. Rien ne vaut une potence en flammes pour comprendre qu’il ne faut pas aller quelque part.
Du coup, le sentiment de liberté en prends un sacré coup.
On se retrouve donc avec un fantôme qui va au point A pour résoudre l’énigme A, et qui trouve un indice lui indiquant de se rendre au point B…

En conclusion, on se retrouve avec un jeu moyen, dont le principal (seul ?) intérêt réside dans son histoire et son atmosphère.

D’habitude plutôt adepte des jeux qui laissent la liberté aux joueurs, je laisse quand même une recommandation pour ce jeu, dont le scénario m’a scotché à mon fauteuil.

UncleBen

Publicités
Cet article, publié dans Action, Aventure, Jeux Vidéo, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s