Le détroit du loup

Auteur : Olivier Truc Genre : Roman policier Année : 2014 Nombre de pages : 410

Auteur : Olivier Truc
Genre : Roman policier
Année : 2014
Nombre de pages : 410

Hammerfest, petite ville de l’extrême nord de la Laponie. L’histoire se déroule au printemps où le soleil ne se cache presque pas, et où les individus sont exténués par cette lumière qui ne les lâche point. Autour du détroit du Loup, des drames se nouent. Alors que des rennes traversent le détroit à la nage, un incident provoque la mort d’un jeune éleveur. Peu après, le maire de Hammerfest est retrouvé mort près d’un rocher sacré qui doit être déplacé pour permettre la construction d’une route longeant le détroit. Et les morts étranges se succèdent encore.

Le détroit du loup fait suite au Dernier lapon. Ce roman est assez moderne. Il traite des questions économiques et sociales. Il y a des conflits entre les éleveurs de rennes et les compagnies d’exploitation pétrolière et gazière. En effet, ces dernières ont le pouvoir sur la ville, et les terrains sont très convoités, là ou paissent les rennes. Cette industrialisation détruit peu à peu la tradition sami.

J’ai eu un peu de mal à renter dans l’histoire. L’intrigue met du temps à se mettre en place. Il m’arrivait de perdre le fil par rapport aux traumatismes des plongeurs, et la multitude des personnages. Et j’ai trouvé des passages un peu longs.

Mais comme dans le Dernier lapon, on à affaire aux grands espaces. C’est un dépaysement total car on s’imagine les paysages magnifiques. De plus, j’aime bien quand il est question de traditions, de coutumes.

Par ailleurs, on retrouve les deux enquêteurs : Klemet et Nina. Ils font partie de la police des Rennes. Ils doivent veiller à ce qu’aucun renne n’envahisse la ville. Ils doivent également régler les conflits. Ils vont donc enquêter sur les drames. Mais pour Nina, troublée par les plongeurs, une autre histoire se joue, plus intime, plus dramatique. Les jeunes plongeurs qu’elle découvre lui rappellent ce père scaphandrier qui a disparu depuis son enfance. J’ai apprécié le fait qu’elle parte à la recherche de ce père mystère. On a envie d’en apprendre plus sur ce dernier, et sur l’enfance de Nina.

En conclusion, l’auteur nous montre une population peu connue, avec leur mode de vie, leurs mœurs. On sens qu’il maîtrise parfaitement cette région. Je recommande donc aux personnes qui aiment les grands espaces, l’environnement. J’ai tout de même un préférence pour son premier roman, le Dernier lapon.

Watson

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Policier, Romans, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s