L’homme qui voulait être heureux

Auteur : Laurent Gounelle Genre : Développement personnel Année de publication : 2008 Nombre de pages : 167

Auteur : Laurent Gounelle
Genre : Développement personnel
Année de publication : 2008
Nombre de pages : 167

Julian, un touriste part en vacances à Bali et, peu de temps avant son retour, il consulte un vieux guérisseur, assez connu sous le nom de Maître Samtyang. Son diagnostic est formel : Il est en bonne santé, mais n’est pas heureux. Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble le connaître mieux que lui-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à son vécu va l’entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il le conduit vont bouleverser sa vie, en lui donnant les clés d’une existence à la hauteur de ses rêves.

Ce livre explique comment lâcher prise, afin de se sentir libre et heureux. L’auteur nous guide, nous montre le chemin à suivre pour une vie plus positive. Ce roman nous montre aussi qu’on est victime de nos croyances. Mais ce sont des croyances sur la vie quotidienne, pas seulement sur la religion. Il peut être question de danger, de la santé, d’argent, d’amour, etc. J’ai beaucoup aimé les conversations entre le guérisseur et le touriste. Le guérisseur donne beaucoup d’exemples sur la vie. Pourquoi les gens réagissent d’une façon, ou pourquoi ils ont telles croyance en eux. Il donne des tests que Julian doit réaliser. Ces exercices m’ont fait sourire, et on peut les faire si l’on souhaite.

J’ai apprécié également la description des lieux, et les coutumes des gens. Les balinais vivent dans le sacré. Ils sont directement en contact avec les Dieux. Ils n’ont pas peur de mourir car ils croient en la réincarnation. Ils sont toujours prêts à rendre service. Ils sont sereins, en harmonie et en paix avec la nature.

J’ai juste trouvé un élément qui m’a un peu perturbé. On ne connait pas grand chose sur la vie de ce touriste, au début du livre. On n’a que le pronom « je ». On n’apprend son prénom qu’à la page 42.  En parlant avec le guérisseur, il dévoile sa vie au fur et à mesure, mais ca reste assez long.

Ce livre nous permet donc de faire une analyse sur sa propre vie. On n’appréhende pas les choses de la même façon. On se pose des question. Suis-je vraiment heureux ? Suis-je victime de mes croyances ? Suis-je capable de réussir ? Est-ce que je vis en accord avec mes valeurs ? Il incite à s’ouvrir aux autres et à ne pas avoir peur des jugements (faut-il encore s’entraîner bien évidemment). C’est plus qu’un roman. C’est vraiment un livre de développement personnel. Une fois que l’on a compris la façon dont on doit être heureux, il est amusant d’observer les gens. C’est à ce moment là qu’on se rend compte que l’être humain n’est pas toujours libre.

Bref, vous l’avez compris, j’ai vraiment adoré. On apprend beaucoup de choses en 167 pages.  Ce livre apaise surtout quand on vis dans un monde parfois néfaste où règne l’indifférence et l’irrespect. Je conseille ce livre à toutes les personnes qui ressentent le besoin d’améliorer quelques points de leur existence. En effet, ce livre s’adresse plutôt à un public précis, vers ceux qui veulent se découvrir un peu plus.

Watson

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Romans, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s