Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Auteurs : Mary Ann Shaffer et Annie Barrows Genre : Roman épistolaire Année de publication : 2011 Nombre de pages : 395

Auteurs : Mary Ann Shaffer et Annie Barrows
Genre : Roman épistolaire
Année de publication : 2011
Nombre de pages : 395

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale. Juliet Ashton, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche d’un sujet pour son prochain roman. Un jour, elle reçoit une lettre d’un habitant de l’ile de Guernesey (île Anglo-normande), d’un certain Dawsey, à propos d’un auteur. Elle décide de lui répondre, et un échange se forme entre les deux personnes. Au fil des lettres, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis, qui est assez original. Ils ont créé un club de lecture pendant la guerre pour échapper aux patrouilles allemandes, et pour ne surtout pas se faire arrêter lors du couvre-feu.

Il s’agit donc d’un roman épistolaire. Juliet écrit à son amie Sophie, à Sidney qui est son éditeur, et aux différents membres du cercle. Je n’ai pas l’habitude de ce genre de roman, mais c’est assez intéressant. On apprend à connaitre les personnes au fur et à mesure des échanges, avec notamment leurs goûts littéraires. Certaines lettres sont très courtes, d’autres plus développées. Par contre, ce genre littéraire demande de la concentration comme il y a une multitude de personnages. J’avais du mal à me souvenir de tous les détails sur leur vie. Par ailleurs, ce roman traite de l’occupation allemande. Chacun témoigne sur ce qu’il a vécu, et on découvre l’histoire de cette île. C’est très réaliste. L’auteur ne nous épargne pas les horreurs de la guerre, notamment les conditions de vie des femmes dans les camps. Et comme le roman se passe juste après la guerre, nous avons des informations sur ce qui reste des lieux : Débris, gravats, métaux tordus.. Mais les lettres abordent aussi d’autres sujets plus joyeux, comme l’amitié, l’amour, etc. Nous avons également des anecdotes sur la vie de tous les jours.

J’ai apprécié le personnage de Juliet. Dans ses anciens écrits, elle a souvent tourné de nombreuses situations de guerre en ridicule. Elle sait très bien manier l’humour. Ce dernier permettait en effet de remonter le moral qui était bas en temps de guerre. Juliet a aussi du caractère, et est assez têtue. Elle est conquise par ce cercle littéraire remplie de drôlerie, et d’humanité. Elle comprend vite qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Pour conclure, je ne peux que vous recommander ce roman. L’écriture est agréable et bien structurée. Certains échanges sont dotés de légèreté et d’humour, et le travail sur les personnages est très bien construit, même si je trouve qu’il y a beaucoup de personnages à mon goût.

Vous pouvez trouver la chronique de ce livre sur le blog de notre partenaire Lisons avec Fourmi

Watson

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Roman épistolaire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s