San Andreas

180068

 

San Andreas est un film réalisé par Brad Peyton et sorti en France le 27 Mai 2015.

Nous suivons dans ce film Ray, sauveteur en hélicoptère chevronné, qui va tout faire pour sauver sa fille et son ex-femme, suite au plus grand séisme jamais enregistré par l’Homme et qui ravage toute la côte Ouest des Etats Unis.

C’est un film catastrophe, alors le scénario tient bien évidemment sur un timbre poste.
Ce serait le principal point que j’aurais à reprocher à ce film. Même si on ne va pas voir ce genre de film pour une histoire et des rebondissements à couper le souffle, celui là a fait très fort dans le personnage cliché et les ficelles si grosses qu’on sait dans les 20min comment tout va finir. Je vous ferais une petite aparté avec du spoil en fin d’article, pour voir si vous arrivez à deviner où le film vous emmènera.
On notera les personnages que je qualifierais de « tremplins », qui ne servent qu’à montrer comment le héros est trop fort.
Pour la fille qui a un accident de voiture en début de film et qui sert à présenter l’équipe de secouristes, c’est normal.
Mais pour le reste de son équipe à bord de l’hélicoptère et qui sert de faire-valoir, c’est plus gênant à mon goût.
Le premier a besoin d’aide au bout de 30 secondes de sauvetage, l’autre n’est pas fichu de faire ses lacets sans lui (littéralement).
Le souci suivant est le comportement de Ray, et l’indifférence des gens avec qui il travaille, ou le fait qu’il s’en moque…
Premier tremblement de terre, Ray annule un voyage avec sa fille pour aller porter secours à des inconnus avec son équipe. Ses amis lui disent de se faire passer pour malade, d’aller avec sa famille. Mais non, Ray est grand, noble et fort, il reste aider la veuve et l’orphelin.
Deuxième tremblement de terre, Ray pique un hélicoptère du travail, plante ses équipiers sur place (qu’on ne reverra pas du film), et va parcourir 150km sans s’arrêter sur une seule des centaines scènes de carnage qu’il verra au sol pour filer sauver son ex. Pas un appel des collègues, tant « vas y Ray, tu peux y arriver, sauve ta famille ! » ou « Reviens tout de suite avec cet hélico, on en a besoin ! »
En incohérence supplémentaire, nous avons le scientifique qui doit prévenir le pays que le pire reste à venir. Il demande donc à des étudiants de « pirater » une chaîne d’informations pour transmettre. Quelques instants plus tard, le présentateur télé donne l’antenne au scientifique et à la journaliste qui faisait un reportage dans le coin.
Du coup, maintenant, pirater, c’est passer un coup de fil et demander gentiment un temps d’antenne. Pourquoi pas ?

Il reste tout de même des personnages et des éléments sympathiques et inattendus.
Pour revenir à la jeune accidentée de l’introduction, elle conduit seule sur une route sinueuse. La soif la tenaille alors elle se retourne pour attraper la bouteille d’eau sur le siège arrière. On voit pendant qu’elle galère une voiture arriver en sens inverse… Mais elle se retourne, tout se passe bien.
Elle reçoit un SMS, elle récupère son portable et lit son message, un camion vient en face… Mais elle ne s’est pas déporté, les véhicules se croisent sans soucis.
Elle relève la tête, et PAF un rocher percute la voiture, la voilà dans une crevasse à attendre les secours.
Je dois bien dire que les deux coups de stress « désamorcés » m’ont assez étonné, c’était intéressant.

Je dois aussi dire que les effets spéciaux ne sont pas exceptionnels. Bien que les immeubles qui s’effondrent, le tsunami, ou d’autres éléments passent sans soucis, on a parfois une voiture en train de faire des tonneaux qui agresse presque l’oeil tant la qualité laisse à désirer…

Enfin, pour le jeu d’acteur, les personnages sont appréciables, et j’ai particulièrement apprécié le jeune Art Parkinson, avec des interventions toujours remarquées.

Malgré la liste de défauts, ce film reste un divertissement tout à fait honorable pour sa catégorie. Pour une session cinématographique où vous souhaitez laisser votre cerveau sur le pas de la porte avant de commencer, il saura vous plaire, malgré ses défauts, nombreux mais tout de même légers.

UncleBen

***SPOIL***

Situation : Le héros est séparé et vient de recevoir les papiers à signer pour le divorce. Son ex-femme emménage chez un architecte tellement riche que ça en devient indécent, et qui considère ses immeubles comme ses propres enfants. Elle a l’air d’avoir bien tourné la page. Lui l’appelle encore chérie. Passage sur une photo, on voit que le couple avait une deuxième fille, non mentionnée jusque là. Suite à un imprévu, beau papa emmène leur fille en ville, où elle rencontre un garçon de son âge et mignon.

Péripéties……..

Résolution ;
La première fille du couple est morte dans un accident, Super Papa n’a pas pu la sauver. D’où la séparation du couple.
Beau papa a abandonné la jeune fille sous le coup de la panique aux premières vibrations et mourra un peu plus tard. Elle sera sauvée par le beau jeune homme, et ils feront équipe jusqu’à l’arrivée de Super Papa.
Super Papa sauve Maman et ils trouvent leur fille « comme par hasard »
Petite crise de panique où on pense qu’elle meurt, mais en fait non, trop fort Super Papa.
Nous finissons avec un couple reformé, la fille et son nouveau petit copain, en face d’un drapeau américain qui se déroule. La côte Ouest est ravagée ? Comme dirait Ray « Nous allons reconstruire ! »

Vous aviez deviné ?
Félicitations, vous avez gagné un Pépito !
Pour recevoir votre gain, envoyez pepito au 3615joyeuxlurons

Publicités
Cet article, publié dans Action, Films, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s