Yeruldelgger

Auteur : Ian Manook Genre : Roman policier Année de parution : 2013 Nombre de pages : 648

Auteur : Ian Manook
Genre : Roman policier
Année de publication : 2013
Nombre de pages : 648

Cinq ans plus tôt, Kushi, la fille du commissaire Yeruldelgger a été enlevée et assassinée pour l’obliger à abandonner une enquête. Le roman commence avec la découverte d’un cadavre d’une autre fillette enterrée vivante sur son tricycle, dans la steppe. Comment et surtout pourquoi cette petite fille est décédée ? Par ailleurs, trois chinois et deux prostituées sont retrouvés morts et mutilés dans une usine près de la capitale mongole. Le commissaire Yeruldelgger va suivre de très près ces deux enquêtes, jusqu’à en faire une affaire personnelle en ce qui concerne la fillette.

Le titre du livre reprend le nom du commissaire, qui est le personnage principal. (Heureusement que l’on ne m’a pas demandé quel livre je lisais, parce que j’aurais été incapable de le prononcer, ou de m’en rappeler !). Le commissaire Yeruldelgger est détruit depuis la mort de sa fille. Il souffre, c’est un homme indépendant et caractériel, et très radical avec des méthodes presque limite.

Il y a dans ce roman beaucoup de bagarres, de coups de revolver. J’en trouvais un peu trop à mon goût. Des passages sont assez glauques lorsque l’on découvre les cadavres. Le vocabulaire est assez cru. J’ai aussi été déstabilisée dans le côté mysticisme du roman. La manifestation de rêves télépathiques m’a un peu perturbée. J’avais plus de mal à rentrer dans l’histoire à ces moments là.

Néanmoins, on découvre un pays assez méconnu qui est la Mongolie. On apprend les coutumes et traditions du pays : Comment entrer ou sortir des yourtes, le thé salé au beurre (je me demande quel goût ça a). Les paysages sont sauvages. On passe de la villes aux steppes. C’est assez dépaysant. Par ailleurs, j’ai beaucoup apprécié les titres de chapitres. La plupart du temps, c’est une phrase qui est reprise.

J’ai aussi aimé le personnage de Gantulga. Il est drôle, très intelligent et arrive à se sortir de toutes situations. Par contre, je n’ai pas très bien compris pourquoi il a été absent pendant un long passage et qu’on le retrouve qu’à la fin ? Peut-être que c’est moi qui ait loupé un détail ?

En conclusion, l’histoire est bien menée avec de nombreux rebondissements. On devine un peu quelques ficelles de l’intrigue mais ça ne nuit pas au plaisir de la lecture. J’aurais souhaité connaître quelques notions de base sur l’histoire de ce pays, pour un peu mieux comprendre quelques éléments. Il est question de la Facette géopolitique avec la cohabitation avec ses voisins, les chinois et les coréens. Le pays est déchiré entre respect des traditions et mondialisation. Je suis pressée de lire la suite pour connaitre l’évolution des personnages. En tout cas, si vous avez besoin de voyage et d’évasion, n’hésitez pas ! 😉

Watson

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, Policier, Romans, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Yeruldelgger

  1. Un Lecteur dit :

    Très sympa ta chronique. Je suis d’accord avec toi dans l’ensemble. Si tu veux lire la mienne : http://unlecteur.fr/yeruldelgger-ian-manook/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s