La voleuse de livres

Auteur : Markus Zusak Genre : Drame Année de publication : 2008 Nombre de pages : 633

Auteur : Markus Zusak
Genre : Drame
Année de publication : 2008
Nombre de pages : 633

L’histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale en Allemagne, plus précisément à Molching, près de Munich. On suit le parcours d’une jeune orpheline, Liesel Meminger. Elle est recueillie dans une famille, où elle sera dévorée par la passion des livres. La Mort la poursuit, mais ne la tue pas. Trois fois cette fillette a pu échapper à la Mort. Est-ce le bonheur de la lecture qui lui donne la force de survivre ?

Nous avons affaire à une narratrice exceptionnelle puisqu’il s’agit de la Mort. Elle explique son travail : Elle recueille les âmes. Et elle est loin de chômer puisque c’est pendant la guerre. J’avoue que j’ai eu du mal à accrocher au début. Ça m’a fait bizarre. Je ne savais pas ou l’auteur voulait m’emmener. Quand la Mort raconte une histoire, on pourrait s’attendre à quelque chose de macabre, sanglant. Mais notre narratrice est remplie de tendresse et d’humanité. Elle prend les âmes délicatement. J’ai préféré la curiosité à l’abandon, et j’ai poursuivi ma lecture. Je ne regrette pas. Il faut juste un peu de temps pour s’habituer. J’arrivais même à oublier que c’était la Mort qui parlait. De plus, je me suis attachée aux personnages. On découvre les parents nourriciers de Liesel, Hans et Rosa Hubermann. Son père la rassure, et lui apprend à lire. Elle se fait aussi des amis, dont Rudy, aux cheveux couleurs citrons et qui se prend pour Jesse Owens. Et il y a également Max, le boxeur juif…

Par ailleurs, j’ai apprécié la mise en page. Elle est assez originale. On trouve quelques dessins et des éléments notés en gras. Nous avons également quelques mots en allemand qui sont traduits.

Je conseille donc ce roman. Il ne peut que vous marquer. C’est très triste, bouleversant, mais ca montre la réalité de la guerre. L’auteur décrit très bien l’Allemagne nazie avec les privations et les injustices. L’histoire nous permet de voir la guerre d’un autre point de vue qui est assez rare. Bien sur, ce n’est pas un livre à suspense. Nous avons même des flash forward. Le déroulement de l’histoire est un peu lent. Mais il y a quand même de nombreux événements. Ça reste une très bonne lecture.

Watson

Publicités
Cet article, publié dans Drame, Lecture, Romans, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s