A Silent Voice

image-1416503805

 

A Silent Voice est un manga de Yoshitoki Oima, publié chez KI-OON avec 4 tomes sortis depuis Janvier 2015.

Shoya est un élève extrêmement turbulent. L’école ne l’intéresse pas. Pour lui, chaque jour est une bataille dans sa guerre contre la morosité.
Et son quotidien sera vite bouleversé quand une nouvelle élève arrivera dans sa classe de CM2, en la personne de Shoko, sourde depuis sa naissance.
Cette particularité aura rapidement pour effet de focaliser sur elle toute l’attention de Shoya, qui se transformera en curiosité, puis en agressivité.
Les moqueries deviendront des brimades, puis un harcèlement moral et physique.
Les réactions toujours gentilles de Shoko n’auront pour effet que d’énerver encore davantage Shoya, suivi dans un premier temps par l’ensemble de sa classe.
Puis quand les parents de Shoko porteront plainte, suite à une énième destruction d’un de ses appareils auditifs, Shoya sera désavoué par ses camarades. Shoko quittera l’école et Shoya sera la nouvelle cible des agressions, physique et psychologiques. Au collège et au lycée, sa réputation d’avoir persécuté et fait changer d’école une handicapée l’empêchera d’avoir un semblant de vie sociale.
Pour pouvoir être en paix avec lui-même, il décidera de corriger la terrible erreur de sa jeunesse, et de retrouver Shoko pour pouvoir s’excuser.

Le premier tome de cette série retrace l’année de CM2 où Shoya a martyrisé Shoko.
La suite débute, après une courte ellipse qui illustre ce qu’il est devenu, quand il décide de reprendre contact avec elle.
Le premier tome nous dépeint donc un jeune garçon, impulsif et insouciant, fier d’être au centre de l’attention de sa classe et de ses copains.
Innocent et naïf, quand une camarade différente rejoint sa classe, il ne parvient pas à l’accepter et va la harceler, sans comprendre le mal qu’il fait, incapable de la considérer comme un être humain normal.
Quand il comprendra son erreur, il sera trop tard pour faire machine arrière.
Ce manga aborde le thème du handicap, et avec justesse. Shoya est un exemple d’un enfant qui découvre le monde du handicap, le confronte, pour ensuite le comprendre et l’accepter.
Comme la narration le cible principalement, on en sait peu sur l’état d’esprit de Shoko, qui est dépeinte comme une jeune fille, pleine d’espoir malgré les difficultés, avec un père qui l’a abandonnée, une mère surprotectrice qui fait tout pour l’endurcir, et une ambiance hostile à l’école.
Ce manga aborde donc entre autres, la difficulté de vivre avec le handicap d’autrui, l’acceptation de ses erreurs et la rédemption.
Malgré un dessin moyen, l’auteur parvient, avec des situations efficaces et en trouvant les mots justes, à transmettre ses intentions et les émotions, riches et complexes de ses personnages.
Bien loin de mes lectures habituelles, ce manga m’a intrigué par la prise de risques avec le thème risqué qu’est celui du handicap. Et l’auteur a touché juste grâce à une représentation réaliste du comportement des enfants et des adultes. On passe un excellent moment en compagnie de Shoya et Shoko.

UncleBen

Publicités
Cet article, publié dans Contemporain, Lecture, Manga, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s