Le tour du monde en 80 jours


« Le tour du monde en 80 jours » est un roman de Jules Verne publié en 1872.

Phileas Fogg est un gentleman anglais, dont personne ne sait rien, de ses origines ou de la source de sa fortune. Ce que chacun reconnait par contre est sa rigueur, et le respect scrupuleux de ses habitudes.
Passepartout pense avoir trouvé le travail idéal en étant engagé au service de ce métronome humain. Le train-train, l’emploi du temps respecté à la minute seraient un bon moyen de se reposer après avoir servi des maîtres bien plus volages.
Mais voilà, au détour d’une conversation au Club des Gentleman où il est inscrit, Phileas Fogg lance un pari saugrenu aux autres membres : Faire le tour du monde, et revenir dans ce même club, 80 jours plus tard, les tampons sur son passeport faisant foi de sa folle escapade.
C’est ainsi qu’il embarque pour cette aventure, Passepartout à sa suite, avec pour seuls bagages un sac de nuit et une valise remplie d’argent.
Ils seront poursuivis par le détective Fix, convaincu que Phileas est l’auteur d’un cambriolage à la Banque d’Angleterre et que son histoire de voyage au tour du monde n’est qu’un prétexte pour échapper à la police…

Je pense qu’on ne présente plus Jules Verne, dont les œuvres, situées soit à la pointe de la science de l’époque, comme celle-ci, ou dans une science-fiction d’anticipation, comme 20.000 lieux sous les mers ou de la Terre à la Lune.
Il s’agit pour moi d’un auteur de ceux qu’il est important de connaître, ces classiques indétrônables, avec Agatha Christie et autres Arthur Conan Doyle. D’ailleurs, je me ferais bien un Sherlock Holmes, mais je m’égare…

Je dois admettre que l’entrée dans l’histoire de ce livre a été laborieuse. L’adaptation au style d’écriture a honnêtement été difficile pour moi. Mais après un moment d’acharnement, j’ai réussi à m’accommoder, et à prendre du plaisir à la lecture.
On se laisse prendre au jeu de la course contre le temps. On sait très bien comment l’oeuvre se termine, mais suivre ces deux hommes à travers leurs pérégrinations tout autour du globe nous fait découvrir ces pays avec eux, et leurs nombreuses embûches nous affectent presque autant qu’eux.
J’ai eu du mal à me faire au personnage de Phileas, un homme froid, calculateur, dont personne ne sait rien. Il n’est pas méchant, mais ne prends la peine de montrer aucune émotion, bien que nous apprenons à le connaître au fil de ses actions dans le roman.
C’était un peu comme si l’auteur nous posait le personnage, sans avoir envie de le développer, le décrire, lui donner une histoire et des attaches. « Il est comme ça et c’est tout ! »
Mais au final, je pense que c’est pour créer un parallèle avec Passepartout, un homme vivant, spontané, qui n’a ni la langue dans sa poche ni la capacité de rester en place.
Le duo improbable est un mécanisme bien connu mais toujours aussi efficace et leurs interactions sont très rafraîchissantes.
N’empêche que le personnage de Phileas subit dans les dernières pages un changement de caractère bien trop spontané pour me convaincre, et le contact de Passepartout, ou d’un autre personnage, me parait bien insuffisant pour avoir suffit à le changer à ce point.

Au final, je garde tout de même un bon souvenir de ce livre. Malgré une formulation qui ne m’est pas du tout contemporaine, j’ai pu découvrir un livre qui arrive à créer une histoire à la fois légère, et pointue techniquement, sans que ces deux parties ne gâchent l’autre.
Sans sauter dessus, je ne dirais pas non à d’autres romans de Jules Verne.

UncleBen

Advertisements
Cet article, publié dans Aventure, Lecture, Romans, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s